Demande d'informations

> Famille > Tutelle / curatelle > Tutelle

Posté le Le 30/07/2018 à 16:39
Bonjour,
N’ayant pas de liens familiaux avec la personne concernée, ma présence sur ce forum est peut-être déplacée et je m’en excuse d’avance si c’est le cas.
Nous venons d’apprendre par l’assistante sociale qui s’occupe depuis très récemment de notre voisine qu’elle va être mise sous tutelle puis envoyée dans une maison de retraite. Cette dame est âgée (nonagénaire), ne s’est jamais mariée et n’a pas d’enfants ; elle n’a pas non plus de frères et sœurs et donc pas de neveux et nièces. Depuis quelques années, elle bénéficie d’apports de repas et, depuis un an, des infirmiers viennent à son domicile lui chauffer ses plats et l’aider à faire sa toilette. Pour le reste (papiers administratifs, factures, etc.), elle se débrouille seule mais n’hésite pas à demander de l’aide à ses voisins en cas de soucis. Nous nous sommes également « répartis » les tâches pour l’aider depuis qu’elle a vendu sa voiture : l’accompagner pour faire les courses, l’emmener à ses rendez-vous, procuration bancaire, etc. Je ne cache pas qu’elle commence à avoir des troubles de mémoire (mais avec les médicaments qu’elle prend, le contraire m’aurait étonnée), a fait deux chutes et a été hospitalisée « alors que ce n’était pas nécessaire et contre son gré » (je la cite) à la demande des infirmiers (elle a été cheffe de service dans le milieu hospitalier, donc elle sait de quoi elle parle). De plus, elle a expressément fait savoir qu’elle refuserait de quitter sa maison et qu’elle souhaitait finir ses jours chez elle.
Depuis sa première chute, nous sommes cinq voisins à nous relayer pour lui rendre visite, de manière à ce qu’elle ait de la compagnie quelques heures par jour. C’est pourquoi nous avons été très étonnés d’apprendre cette décision, qui semble-t-il, a été prise par son médecin traitant (qui ne la voit quasiment jamais), l’assistante sociale et le Conseil Général. D’autant plus que si cette auxiliaire n’était pas venue à la maison rechercher un courrier qui demeure introuvable (et qu’elle est la seule à avoir vu) adressé à ma voisine, je ne suis pas certaine que nous l’aurions su.
Aucun de nous n’a de connaissances dans le domaine médical, mais la voyant tous les jours, nous n’avons pas constaté de dégradations spectaculaires au point d’en arriver là. C’est pourquoi cette décision me parait incompréhensible et disproportionnée, d’autant plus que le système repas/aides/infirmiers semblait jusqu’ici très bien fonctionner. Je veux bien croire qu’il peut être difficile à gérer sachant que ce sont des organismes différents, qu’il est peut-être préférable pour ma voisine d’aller dans cette maison de retraite (qui est très bien d’ailleurs, contrairement aux autres des alentours), mais est-ce nécessaire d’en arriver à une mise sous tutelle ? Est-ce que j’ai le droit, sachant que je ne suis qu’une voisine, de demander la raison exacte de cette décision ?
J’ai cru comprendre qu’il fallait interroger l’entourage de la personne pour juger de la mise sous tutelle. Est-ce une étape obligatoire ou ils peuvent passer outre ? Si cette démarche aboutit et que la demande est portée devant le Juge des Tutelles, est-ce nous, en tant que « simples voisins », seront interrogés ou notre avis ne sera pas pris en compte ? Car d’après ce que j’ai compris, des personnes sont déjà venus chez ma voisine juger de son état, alors qu’elle n’était même pas au courant (aujourd’hui encore, elle ignore de qui il s’agit).
J’ai conscience que cela ne me regarde pas et que je ne devrais pas me mêler de cette histoire, mais j’ai toujours connu cette dame et même si nous n’avons aucun lien de sang, je la considère comme ma grand-mère de cœur. Avec tout ce qu’on peut entendre sur les mises sous tutelle, les tuteurs peu scrupuleux, etc., je ne voudrais pas qu’elle « tombe entre de mauvaises mains », ni qu’elle soit une victime de plus d’abus de faiblesse (elle est loin d’être naïve contrairement à ce qu’on peut penser des personnes de son âge « qui n’ont plus toute leur tête et font confiance à n’importe qui »). Comment être sûre que ce n’est pas une tentative d’« escroquerie » (je vais peut-être un peu loin avec ce terme), sachant qu’elle semble disposer d’un patrimoine assez important ?
Je me doute bien que je n’ai aucune légitimité pour influencer la décision finale, mais si je peux d’une manière ou d’une autre lui éviter cette mise sous tutelle et ce placement, je suis preneuse de n’importe quelle information. Tout ce que je souhaite, c’est respecter sa volonté, à savoir rester chez elle, et qu’elle ne perde pas tout ce dont pourquoi elle s’est battue toute sa vie.
Je vous remercie par avance pour vos réponses.

Poser une question Ajouter un message - répondre

PAGE : [ 1 ]